Lore:Cyrodiil

De UESPWiki
< Lieux: C
Cyrodiil
Type Province
Continent Tamriel
Gentilé(s) Cyrodil, Cyrodiil, Cyrodilique, Cyrodilien, Cyrodilienne, Cyrod
Apparaît dans Arena, Oblivion, Oblivion Mobile, ESO, Legends, Blades
Cyrodiil
Illustration d'un Impérial typique

Cyrodiil, aussi appelée la Province impériale, l'Empire du Dragon, le Cœur étoilé de Nirn, les Terres intérieures et le Siège des rois[1][2], et Cyrod en ayléidoon[3][4], est une province de la région centre-sud de Tamriel et le lieu de provenance des Impériaux, une race humanoïde. Il s'agit du centre de leur Empire et du siège de leur gouvernement. La capitale de Cyrodiil, et par extension de l'Empire tout entier, la Cité impériale, se situe sur l'Île de la Cité au milieu de la province, est aussi l'endroit où se trouve la Tour d'Or blanc, potentiellement le monument le plus renommé de Tamriel. Malgré certains récits décrivant Cyrodiil comme étant une jungle[5], son climat est plutôt tempéré.[6][7] Un érudit du milieu de la Deuxième ère attribue ceci à des erreurs faites lors de la transcription de textes historiques[8], tandis qu'un autre spécule que la Tour d'Or blanc aurait elle-même adapté le climat pour qu'il convienne aux habitants de la région.[9] Plus tard, des sources affirmèrent que l'empereur Tiber Septim aurait changé le climat de Cyrodiil suite à son apothéose.[UOL 1][10]

Histoire

Une vision primordiale de Cyrodiil dans un futur dans lequel tout Tamriel est une jungle

Lorsque les Aldmer ont débarqué sur l'Archipel de l'Automne, ils ne s'aventurèrent pas loin au cœur de la masse continentale, mais racontèrent des récits sur d'anciens habitants présents avant les humains et les mer. Malheureusement, la tradition orale ne donne que des aperçus flous de ce dont ils pouvaient avoir l'air. Un témoignage décrit les anciens habitants de l'Île de la Cité comme une race d'hommes-oiseaux amicaux.[11] Les seules informations définitives sur l'histoire de Cyrodiil datent d'après l'histoire écrite, quand les Ayléides firent de Cyrodiil leur foyer. Tels que décrits dans le Guide de poche de l'Empire, "[l]es Ayléides sont les descendants des Aldmers et cousins de toutes les races elfiques existant à ce jour. Avec le temps, ils devinrent un peuple distinct et bâtirent une civilisation dont les ruines et les énigmes fascinent encore les archéologues et les aventuriers modernes."

Règne ayléide

Les Ayléides colonisèrent Cyrodiil suite aux excursions de Topal le Pilote et d'autres explorateurs, et les Hommes-oiseaux disparurent éventuellement, potentiellement réduits en esclavage et exterminés par les Ayléides.[12] Le règne ayléide était hétéroclite, divers royaumes aux coutumes différentes cohabitant dans une paix relative. La majorité vénérait les Aedra jusqu'au dernier millénaire de l'Ère méréthique, durant lequel le culte des Daedra s'épanouît. Les Ayléides ne faisaient pas de distinction entre les "bons" et "mauvais" Daedra, même les Princes les plus vils étant vénérés en masse, surtout lorsque leur vénération était pratiquée ou encouragée par la royauté ou l'aristocratie.[13]

Dans les plus anciennes histoires cyro-nordiques, Shezarr affronte les Ayléides au nom de l'humanité, avant de disparaître, supposément pour aider les humains ailleurs. Sans sa guidance, les Cyrodiils furent dominés et réduits en esclavage par les Ayléides.[14]

Le Schisme de Narfinsel dura de la fin de l'Ère méréthique à l'an 1E 198. Cette guerre opposa les Ayléides vénérant les Aedra à ceux qui vénéraient les Daedra en Cyrodiil. Sa conclusion par la Purge de Wendelbek marqua la fin de toute résistance organisée contre le culte des Daedra. Les effets à long terme du Schisme auraient grandement contribué à la chute de l'Empire ayléide et de la Tour d'Or blanc, près d'un demi-siècle plus tard.[15][16]

Révolte Alessienne et Ordre Alessien

L'un des événements les plus importants de l'histoire cyrodilique est la Révolte des esclaves de 1E 242. Les humains et mer étaient alors déjà en conflit en Bordeciel depuis un certain temps, et avec l'assistance des Nordiques[17], les esclaves nédiques s'opposèrent à leurs maîtres ayléides. À la tête de la révolte se trouvait Alessia, qui fit pencher la balance de la région entière en faveur des humains insurgés. Alessia et ses alliés se retournèrent contre les Ayléides, poussant certains seigneurs ayléides (qui vénéraient majoritairement des Aedra[13]) à rejoindre sa cause. En un an à peine, la Reine-esclave avait pris le contrôle de la Tour d'Or blanc et fondé son empire.[2] "Le cœur de Tamriel allait appartenir pour toujours à ces anciens esclaves, aujourd'hui Cyrodiliens ou Impériaux."[2]

Bien que les Ayléides aient continué à avoir une certaine présence en Cyrodiil pendant de nombreux siècles, la chute de la Tour d'Or blanc en 1E 243 signa la fin de la période ayléide et le début de la Diaspora ayléide. Le Temple des Ancêtres fut converti en Palace impérial pour Alessia et ses descendants, et l'est toujours à l'époque moderne. La région de Bravil fut l'une des dernières à être libérées par l'armée Alessienne.[18]

En 1E 361, l'Ordre Alessien, guidé par les principes du prophète Marukh, prit contrôle de l'Empire et imposa les Doctrines Alessiennes partout sur son territoire. Les seigneuries ayléides furent abolies, tout comme la présence ayléide en Cyrodiil, éclipsée par celle des proto-Impériaux.[19] Les restrictions sévères que l'Ordre imposa causèrent du ressentiment à travers le territoire, mais définirent également l'identité religieuse impériale par la codification du panthéon toujours vénéré par les temps modernes.[2]

Les doctrines finirent par codifier presque tous les aspects de la culture nibenaise. Les restrictions concernant la consommation de certains types de viande, couplées aux préceptes des Cultes animaux qui s'épanouissaient, rendirent rapidement l'agriculture et l'élevage quasiment impossibles. De nombreux Nibenais furent forcés de devenir marchands afin de se plier aux doctrines, faisant de la Vallée du Nibenay la cité-État la plus riche de Cyrodiil. L'Ordre tenta d'étendre son influence hors de la province, d'abord à Lenclume, mais les Ra-Gada le repoussa. L'Ouest cyrodilique s'isola de l'hégémonie théocratique de la Vallée de Nibenay, établissant un gouvernement autonome, les États coloviens.[1]

Fin de la Première ère et montée du Second Empire

La Peste thrassienne de 1E 2200 réduisit la population tamrielique de près de moitié, frappant la côte occidentale particulièrement brutalement dû à sa proximité à Thras. Bendu Olo, roi colovien d'Anvil, mena la Flotte de toutes voiles à la victoire contre les Sload dans un rare effort de collaboration entre tous les peuples tamrieliques. Les états coloviens prirent ensuite le dessus sur les états orientaux de la Vallée du Niben, et suite à la Guerre de la Vertu, la domination Alessienne prit fin.[1]

La Première invasion akaviroise de 1E 2703 fut le prochain événement important de l'histoire cyrodilique et poussa les nations indépendantes à coopérer à nouveau face à une menace commune. Sous le règne de Réman I, Cyrodiil devint réellement cosmopolite, incorporant à la fois des aspects de Hauteroche, de Colovie, de Nibenay, ainsi que de l'étrange culture sophistiquée des Akavirois à qui Réman avait offert l'armistice s'ils acceptaient de lui servir d'armée.[2][1] Ce Second Empire dura plus de six cents ans et conquît tout Tamriel à l'exception de Morrowind.[1] L'assassinat de Réman III et de son héritier par la Morag Tong en 1E 2920 marque la fin de la Dynastie de Réman et de la Première ère.[20]

Ces assassinats ne signifièrent nullement la fin du Second Empire, mené ensuite par le potentat akavirois Versidue-Shaie, qui était probablement à l'origine du contrat d'assassinat de l'empereur précédent.[20] Versidue-Shaie dut faire face à la rébellion de nombre des royaumes vassaux de l'Empire en 2E 283, le poussant à décréter la loi martiale sur tout le territoire impérial. Après trente-sept ans de conflits, Versidue-Shaie parvint à reprendre le contrôle sur l'Empire par la force, mais ce dernier était grandement appauvri, presque l'entièreté de ses ressources ayant servi à guerroyer. Les marchands et fermiers qui refusaient à l'origine de payer les taxes demandées par l'Empire en étaient désormais simplement incapables. Le taux de criminalité augmenta exponentiellement, l'Empire étant incapable de payer suffisamment de gardes et donc d'appliquer les lois. En 2E 321, le potentat promulgua l'Édit des guildes dans l'espoir de structurer l'Empire et de redonner vie à l'économie.[21]

Interrègne

Le règne de Versidue-Shaie connut une fin similaire à son début, par son assassinat ainsi que celui de son fils Savirien-Chorak par la Morag Tong en 2E 430.[22] Pendant le reste de la Deuxième ère, Cyrodiil traversa une période appelée l'Interrègne qui dura environ deux cents ans. Le Nibenay et la Colovie se divisèrent et une grande partie de la province sombra dans le chaos. Au cours de la Guerre des Alliances, plusieurs tentèrent de s'emparer du Trône de rubis, attirant l'attention de Molag Bal qui tenta d'aspirer Tamriel en Havreglace dans le cadre de la Coalescence, orchestrée par Mannimarco, le Roi des Vers.[6]

L'Interrègne se termina lorsque Cuhlecain, un seigneur colovien, captura la Cité impériale et se nomma empereur, récupérant l'Amulette des rois à Sancre Tor. En 2E 854, Cuhlecain est assassiné et son général, Tiber Septim, lui succède, déclarant le début de la Troisième ère et l'avènement du Troisième Empire.[1]

Dynastie Septim

Tiber Septim (Legends)

Tiber Septim conquît l'entièreté de Tamriel au fil de la Guerre de Tiber. Pour la première fois de l'Histoire, Tamriel était uni sous une même bannière, dont le gouvernement se trouvait en Cyrodiil. Malgré de nombreux conflits, l'Empire Septim est considéré comme une période prospère pour Cyrodiil. Vers la fin de la Troisième ère, l'Empire fut cependant affaibli par le Simulacre impérial[23] et la Guerre du Diamant rouge[24]. Le coup fatal à la Dynastie Septim fut porté en 3E 433 avec l'assassinat d'Uriel Septim VII et de tous ses descendants en une seule nuit, à l'exception d'un fils illégitime, par l'Aube mythique. Ce dernier fils, Martin Septim, se sacrifia en se transformant en avatar d'Akatosh pour repousser Méhrunes Dagon et sceller à tout jamais la barrière séparant Oblivion de Nirn.[7]

Quatrième ère

Suite au sacrifice de Martin Septim, à l'aube de la Quatrième ère, Cyrodiil n'avait pas d'empereur, plutôt un potentat, Ocato. Son assassinat dix ans plus tard (potentiellement commandité par le Thalmor[25]) marque l'effondrement du Troisième Empire et le début de l'Interregnum de la Couronne de fureur. Cyrodiil se divisa en plusieurs cités-États jusqu'en 4E 17, lorsque Titus Mede I s'empara de la Cité impériale à la tête de son armée et fut couronné le premier empereur de la Dynastie Mede.[25]

Vers 4E 40, la cité volante d'Umbriel fit son apparition et traça un chemin sanglant en direction de la Tour d'Or blanc. Elle et sa horde de morts-vivants ne furent arrêtés qu'aux portes de la Cité impériale grâce aux efforts, entre autres, du prince Attrebus Mede, qui avait trouvé le moyen d'entrer en Umbriel.[26]

La Grande guerre opposant le Domaine Aldmeri à l'Empire débuta en 4E 171 suite au refus par l'empereur Titus Mede II de l'ultimatum posé par le Thalmor. Quelques jours plus tard, les forces du Domaine envahissaient à la fois Cyrodiil et Lenclume à l'ouest. Un contingent commandé par le seigneur Naarifin, un général Thalmor, attaqua Cyrodiil par le sud, jaillissant de camps camouflés au nord d'Elsweyr et prenant les défenses impériales par le flanc le long de la frontière de Val-Boisé. Leyawiin tomba bientôt devant les envahisseurs alors que Bravil était isolée et assiégée. Naarifin fit subir de nombreuses atrocités aux habitants de la Cité impériale pendant qu'il en était en charge. Ce n'est qu'en 4E 175 que l'Empire parvient à reprendre le contrôle de sa capitale suite à la Bataille de l'Anneau rouge durant laquelle le Héros oublié parvint à détruire l'Orbe de Vaermina dont Naarifin se servait pour suivre les mouvements des troupes impériales. Naarifin se vengea en envoyant des assassins tuer l'empereur, qui ultimement échouèrent mais réussirent à blesser leur cible suffisamment pour que l'empereur ne puisse continuer le combat. Le Héros oublié se fit passer pour l'empereur en portant son armure et mena l'assaut contre les forces aldmeri occupant la Cité impériale, et Naarifin commença à ouvrir un portail vers le domaine de Boéthia, ce qui requérait le sacrifice de toute la population de la Cité. Quelques jours après le début de la bataille, la Cité était encerclée par l'armée impériale. Le Héros oublié y pénétra et captura Naarifin, et l'occupation aldmeri de la Cité prit fin. La signature du Traité de l'Or blanc déclara un fragile armistice entre l'Empire et le Domaine, bien que les termes étaient grandement défavorables à l'Empire.[27][28]

Géographie

Bassin du Nibenay

Cyrodiil possède un environnement varié, divisé en plusieurs régions:

  • Bassin du Nibenay: Cette vaste région domine Cyrodiil, contenant toutes les zones dont l'eau se vide dans la Rivière du Niben. La zone entourant la Cité impériale et le Haut Niben est souvent appelée les "Terres intérieures". À l'est de la rivière, la région est majoritairement composée de champs, et à l'ouest et au nord, elle est recouverte de forêts. La Cité impériale est bâtie sur l'Île de la Cité au centre du lac Rumare, la source du Niben, et la cité de Bravil est située sur les rives de la Baie du Niben dans la "Vallée de Nibenay".
  • Boinoir: Des terres marécageuses du sud de Cyrodiil à l'est de Leyawiin, le long de la frontière de Marais noir.
  • Côte d'or: La côte occidentale de Cyrodiil parsemée de fermes. Les villes les plus importantes de la région sont la cité portuaire d'Anvil et la cité de Kvatch, plus à l'intérieur des terres.
  • Grande forêt: Une immense zone boisée à l'ouest de la Cité impériale.
  • Hautes terres coloviennes: Une région forestière vallonnée de l'ouest cyrodilique dont la ville de Chorrol est l'établissement principal.
  • Montagnes de Jerall: Une chaîne de montagnes dans le nord de Cyrodiil sur la frontière partagée avec Bordeciel où se trouve également la cité de Bruma.
  • Montagnes de Valus: Une chaîne de montagnes de l'est de Cyrodiil sur la frontière partagée avec Morrowind. La ville de Cheydinhal se trouve au pied des montagnes.
  • Weald occidental: La zone rurale du sud de Cyrodiil bien connue pour ses vignobles. La cité de Skingrad s'y trouve.

Lieux notables

Anvil
Une cité portuaire de la Côte d'or.
Bravil
Une ville miséreuse sur la rive ouest du Niben.
Bruma
Une cité au nord des montagnes de Jerall à grande influence et population nordique.
Caer Suvio
Un lieu reconnu pour ses sources chaudes.
Cheydinhal
Une ville de l'est de Cyrodiil comprenant une grande population dunmer.
Chorrol
Une ville située entre la Grande forêt et les Hautes terres coloviennes, au nord-ouest de Cyrodiil.
Chutes de sang
Un petit royaume fondé à l'intérieur des frontières de Cyrodiil durant la Quatrième ère. Le village de Cimeflots en fait partie.
Cité impériale
La capitale de Cyrodiil et par extension, de l'Empire. Elle se trouve sur l'Île de la Cité, au centre du lac Rumare.
Kvatch
Une ville de la Côte d'or située entre Anvil et Skingrad, construite sur un large plateau. Elle est au nord de la rivière Stride en Colovie.
Leyawiin
Une cité du sud de Cyrodiil, chevauchant le Niben où il rencontre la baie de Topal.
Sancre Tor
Plus qu'une forteresse en ruines, le site de la cité de Sancre Tor fut le théâtre de nombreux événements majeurs depuis la Première ère.
Skingrad
Une grande ville du Weald occidental au sud-ouest de la Cité impériale, le long de la Route d'or.
Sutch
Une ville abandonnée de la région de la Côte d'or.
Temple du Maître des nuages
Une ancienne forteresse d'origine akaviroise. Elle a servi de forteresse à la garde personnelle de l'Empereur, les Lames, avant que ces dernières ne soient dissoutes.

Gallerie

Notes

  • Avant The Elder Scrolls Adventures: Redguard, Cyrodiil était appelée la "Province impériale".
  • Les livres Roi Edward font référence à Cyrodiil en tant que soit Wilderland[29] ou Wilderness.[30] Le personnage Moraelyn le décrit comme "de vastes terres vertes aux nombreuses collines, dotées de seulement quelques bosquets d'arbres. Elles semblaient se déployer indéfiniment." Sur la ligne suivante, il dit: "Sois sur tes gardes. Elle a l'air d'un endroit agréable, mais elle n'est soumise à aucune loi. Ici, c'est chacun pour soi, et il y a bien pire que des humains. Toutes les races de Tamriel se retrouvent ici, et s'affrontent, sauf peut-être la tienne."

Voir également

  • Pour de l'information spécifique aux jeux, veuillez consulter les articles d'Arena, d'Oblivion, et d'ESO.

Livres

Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Guide de poche de l'Empire, Première édition/Cyrodiil
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4 Guide de poche de l'Empire, Troisième édition/Cyrodiil
  3. Faux Q&A pour The Origin of Cyrus!
  4. Le chant de Pélinal, volume 3
  5. Provinces de Tamriel
  6. 6,0 et 6,1 Événements d'ESO
  7. 7,0 et 7,1 Événements d'Oblivion
  8. Le cœur de Cyrodiil
  9. Cyrodiil subtropicale : spéculation
  10. Commentaires de l'Aube mythique, volume 3
  11. Père du Niben
  12. Dialogue de Decentius Opsius dans Oblivion
  13. 13,0 et 13,1 L'adoration des Daedra : les Ayléides
  14. Shezarr et les Divins
  15. Histoires de survie d'Ayléides dans le Val-boisé
  16. TESO:Archives du maître du savoir/Le chancelier Abnur Tharn répond à vos questions
  17. Guide de poche de l'Empire, Troisième édition/Bordeciel
  18. Bravil : fille Niben
  19. Le dernier roi des Ayléides
  20. 20,0 et 20,1 2920, Dernière année de l'ère Première
  21. Histoire de la guilde des guerriers
  22. Les frères des ténèbres
  23. Événements d'Arena
  24. La Reine-LouveWaughin Jarth
  25. 25,0 et 25,1 Menace grandissante, vol. 4
  26. Le seigneur des âmes
  27. Événements de Legends
  28. La Grande Guerre
  29. Roi Edward, 8e Partie
  30. Roi Edward, 10e Partie

Note : Les références suivantes sont considérées comme des sources non-officielles. Elles sont incluses pour compléter cet article et peuvent ne pas faire autorité ou être concluantes.

  1. De The Many-Headed Talos, Michael Kirkbride